nos pièces

sexy maths

Avant toute chose, contextualisons. Pour ce faire, nous n’allons pas nous jeter à corps perdu dans les innombrables justifications de l’importance de la seconde main mais simplement laisser « parler » quelques chiffres :

 140 milliards

de vêtements sont produits par an

7,7 milliards

d'habitants sur Terre

2,6 tonnes

de vêtements jetés ou brûlés chaque seconde



La liste des chiffres chocs peut être longue mais vous voyez le topo. La majorité des vêtements produite n’est pas ou plus portée : que faire donc de ces pièces ? Ne vous méprenez pas, nous ne cherchons pas de solution pour faire perdurer le système existant, nous sommes bien d’accord que changer les modes et les conditions de production de l’industrie textile sont une nécessité mais ceci est un autre sujet.

revaloriser l’existant

Commençons par le commencement : qu’est-ce qu’on appelle seconde main ? Il s’agit de pièces ayant appartenues à d'autres mains. En d’autres termes, des pièces possédées par quelqu’un d’autre.
Nous nous focalisons donc sur ces pièces dites « d’occasion », des pièces produites et plus portées pour les remettre dans le circuit.   

 

d’où viennent nos pièces ?

On écume la France et l’Europe, dans des endroits que vous préféreriez ne pas voir à la recherche de vêtements de seconde main.

Nous travaillons principalement avec 3 types d’acteurs :
1. des opérateurs de collecte et de tri
il s’agit des organismes collectant les vêtements donnés dans de charmantes bornes jamais bondées ou, provenant de dons d’association.
2. des salles des ventes
3. des particuliers


quel est le process ?

Nous chinons et sélectionnons les pièces en fonction de critères de qualité, de style et de détails (ceux qui tuent). Les pièces sont ensuite lavées, reprisées si besoin par les doigts de fées de nos couturières et prêtes à être valorisées. Bien sûr, quelques traces d’un amour passé peuvent néanmoins subsister.