1. car on ne peut pas

 

Pourquoi tant d’animosité à l’égard des prix affichés par la seconde main alors qu’on achète sans scrupule de la première main de mauvaise qualité à un prix similaire ? Que dis-je, plus cher même.

Exemple en live :

- un jean entremains = 69 à 75€

- un jean 

 

Soyons clairs, on n’achète pas des pièces à 2€ pour les revendre 50€.

85% de nos vêtements proviennent d’opérateurs de collecte et de tri. Ces organismes récupèrent les vêtements donnés dans des bennes et font un énorme travail de tri pour ensuite les vendre.

C’est là qu’on rentre dans le game.

On part dans leurs entrepôts - qui autant se le dire sont loin du joyeux petit chinage de la brocante du quartier - et on met la main à la pâte.

  • Soit on achète à la bale (a.k.a. un sac de minimum 50kg). On ne choisit pas les pièces dedans, on sait juste grosse modo ce qu'il y a dedans. C’est évidemment moins cher mais, la majorité des pièces n’étant pas intéressantes, les prix à la pièce montent vite.
  • Soit on achète à la pièce : c’est plus cher mais ca nous permet d’être plus qualitative et de faire un vrai travail de sélection.

A cette étape là, un jean coûte ainsi 25€. Il nous faut ensuite ajouter

  • le transport
  • le lavage
  • la réparation
  • la valorisation : shootings, packaging, marketing, évènements,
  • les taxes & TVA

Et là, on n’a pas payé nos coûts de structure (stockage, bureau, équipe).

 

2. car on ne veut pas

On a fait le choix de proposer un prix qui soit déjà le plus bas qu’on puisse faire. Oui, on ne fait pas partie de ces marques qui font des réductions de -70% en réalisant encore des marges de 4. (C’est là qu’on voit si t’es bon en math : quelle marge font donc ces marques hors soldes ?)

 

Ensuite, on considère qu'un vêtement ne devrait pas coûter 2€. Quand on achète une pièce à ce prix là, on imagine bien qu'il y a anguille sous roche quelque part dans les matériaux utilisés, les conditions de travail, l'empreinte écologique..

 

Enfin, parce que nous effectuons un vrai travail de recherche et de sélection : chaque pièce est choisie pour sa coupe, sa matière, son tombé. Les vêtements sont lavés, remis en état lorsque nécessaire et valorisés, exactement comme une pièce de première main. On ne produit pas mais ce n'est pas pour autant qu'on ne travaille pas.

 

Ce n'est pas parce qu'une pièce a déjà été possédée qu'elle en perd sa valeur.

Jean-Michel leçon de morale.